Le crowdfunding, plus qu’un simple outil de financement

Facebooktwitter

Un artiste plastique qui vous invite à contribuer à la création d’une œuvre, un jeune réalisateur qui vous propose de soutenir son prochain long-métrage, une association qui appelle au financement d’un projet humanitaire… Le crowdfunding a 1000 facettes !

Le crowdfunding, littéralement financement par la foule, est apparu avec l’essor d’internet. Son principe est simple : profiter de l’extraordinaire réseau que constitue la toile pour financer des projets grâce à la participation des internautes.

Si ce type de financement a tout d’abord été l’apanage d’artistes ou d’ONG, il s’est peu à peu étendu… De nombreuses jeunes PME, tout comme certaines marques déjà installées, utilisent aujourd’hui ce ressort. Bien sûr, l’intérêt premier est de lever des fonds… mais le crowdfunding représente également un outil différenciant de marketing et communication !

Crowdfunding financement collaboratifSource : Rocio Lara

 

Le crowdfunding, comment ça marche ?

Aujourd’hui la plupart des personnes ou structures qui souhaitent monter une opération de crowdfunding passent par une plateforme dédiée. Celles-ci postent le projet sur la plateforme, en général avec un texte explicatif et une vidéo, et en précisant le montant total nécessaire au projet, ainsi que la durée de la « campagne ». Les internautes font le reste, en décidant ou non de soutenir financièrement le projet.

En France, les plateformes les plus connues sont sans aucun doute Ulule et KissKissBankBank.

Depuis sa création en novembre 2011, Ulule a financé près de 6 500 projets, en collectant plus de 22 millions d’euros. Quant à la plateforme KissKissBankBank, elle a été lancée en mars 2010, et a depuis permis la réalisation de plus de 5 000 projets pour un montant total collecté (et validé) de 19 millions d’euros.

projets ulule

Il faut évidemment souligner que tous les projets ne fonctionnent pas. En effet, une démarche de crowdfunding implique de prévoir un montant minimum à atteindre. Si les internautes ne sont pas au rendez-vous, le financement participatif est invalidé. Chez KissKissBankBank, le pourcentage de projets concrétisés par rapport aux projets présentés est ainsi de 54%. Séduire l’internaute n’est pas donné a tous !

Si l’on jette un œil outre-Atlantique, on découvre quelques géants du crowdfunding, aux premiers rangs desquels :

–          Kickstarter, initialement centré sur des projets artistiques et créatifs, mais qui s’est ouvert à des projets d’entreprises de nouvelles technologies. Kickstarter a depuis son lancement en 2009 soutenu près de 71 000 projets pour un total d’ 1,4 milliard $.

–          IndieGoGo, plateforme mondiale et généraliste, qui a permis à certains projets de lever plus de 2 millions de dollars.

Un formidable outil de financement interactif

Évidemment, le crowdfunding est avant tout une façon intelligente de lever des fonds « collectifs ». Voici quelques exemples de projets réalisés par ce biais :
– Aide aux victimes du Typhon Haiyan sur IndieGoGo
– Création d’un stylo en 3D (Lix) sur Kickstarter
– Construction d’un télescope spatial sur Kickstarter
– Ouverture d’un concept store à Paris, via Ulule
– Financement du film « Demain » (Melanie Laurent et Cyril Dion), via KissKissBankBank

logo KisskissbankbankImage KissKissBankBank

 

Mais vous vous demandez peut-être ce que l’ « investisseur » a à y gagner ? Car, le crowdfunding n’est pas du don. Il y a toujours une contrepartie, y compris pour les projets humanitaires (la contrepartie est alors souvent symbolique, voir l’exemple d’un projet d’école de brousse sur Ulule).

Dans le cas de l’incroyable projet Coolest qui a levé 13 millions $ sur Kickstarter, l’internaute co-financeur, selon son « ticket », pouvait obtenir un verre personnalisé, la glacière elle-même, voire l’organisation d’un évènement avec la participation du créateur de Coolest en personne.

coolest kickstarter

De fait, bien au-delà d’un simple appel à financement, le crowdfunding se révèle également un outil innovant de communication et marketing.

 

Pourquoi le crowdfunding est-il aussi un outil au service d’une stratégie de brand content ?

Si, bien sûr, la contrepartie joue un rôle essentiel, elle ne fait pas tout.

Présenter un produit/un projet dans une démarche de crowdfunding implique de définir un discours de marque, une présentation attractive de ce que l’on souhaite financer. Il faut convaincre le lecteur du sérieux du projet, lui communiquer ses valeurs, lui donner envie d’y souscrire et d’accompagner son développement.

L’élaboration de ce « brand content » vise in fine à transformer l’internaute en véritable ambassadeur. Le crowdfunding joue beaucoup sur l’effet boule de neige lié à la recommandation. Chaque personne qui soutient un projet est évidemment invitée à le partager sur les réseaux sociaux.

De plus, dans le cas des plateformes de crowdfunding, les porteurs de projets profitent de réseaux déjà considérables. Kickstarter compte 924 000 suiveurs sur Twitter ; la page Facebook de KissKissBankBank totalise de son côté plus de 42 000 fans, et si l’on regarde les réseaux de WiSeed, une plateforme française dédiée à l’equity crowdfunding (uniquement à destination des startups en recherche de « business angels »), on constate que sur son segment elle réussit déjà à mobiliser près de 34 000 membres et 5000 fans FB.

Les témoignages cités dans le dossier de presse de KissKissBankBank traduisent l’importance de la « communauté », de la « tribu » qui se crée autour du projet.

Il est par ailleurs intéressant de constater que dans des secteurs spécifiques comme la culture ou le divertissement, des marques déjà établies recourent également au crowdfunding. Citons l’exemple du Louvre, qui a lancé récemment une vaste souscription, pour acquérir la Table de Teschen. Sa campagne baptisée Tous Mécénes fonctionne exactement sur les codes du crowdfunding : les internautes sont invités à donner, en contrepartie de quoi ils pourront recevoir selon le montant versé, une invitation pour aller voir la Table, un abonnement au musée ou encore la participation à une soirée exclusive.

 

 

De la sorte, le musée est gagnant sur tous les plans : il parvient à acquérir une œuvre d’art prestigieuse, il fidélise des visiteurs et s’offre une très belle opération de communication !

Vous êtes une jeune marque et réfléchissez à un dispositif innovant pour le lancement et le développement de vos projets, et si vous pensiez au crowdfunding ?

 

 

Pour aller plus loin :

 

 

 

Article publié par Isabelle Laumonier, consultante Editorial chez Soyuz.